[Portrait] Sarunas Jasikevicius, le sniper lituanien du basket européen

Modérateur : Modérateurs Basket Rétro

Pred BR
Rookie
Messages : 31
Enregistré le : lun. 17 août 2015 21:30
Contact :

[Portrait] Sarunas Jasikevicius, le sniper lituanien du basket européen

Messagepar Pred BR » sam. 12 sept. 2015 16:50

:arrow: [Portrait] Sarunas Jasikevicius, le sniper lituanien du basket européen

Image

Le lituanien Sarunas Jasikevicius, une des grandes stars du basket européen âgé de 39 ans. Passé par la NBA et après avoir joué dans les plus grands clubs en Europe, l’ancien meneur de jeu a décidé de mettre un terme à sa carrière en août 2014. Basket Rétro vous propose ainsi de revenir sur son parcours. Portrait…

En Lituanie, pays où le basket est roi, les jeunes basketteurs ont certainement pour modèle Sarunas Jasikevicius. Les fans lituaniens ne le verront plus marquer de paniers en matchs officiels. L’ancien meneur a décidé de laisser le maillot aux vestiaires. Il occupera désormais le poste d’assistant à Kaunas. Né à Kaunas en Lituanie, et surnommé Saras, il passe son adolescence aux Etats-Unis et joue pour le lycée de Solanco à Quarryville, en Pennsylvanie et pour l’université de Maryland avec les Terrapins en 1994. Lors de son année junior, il se révèle comme le meilleur passeur et améliore son jeu en défense. Il affiche des moyennes de 13 points et 4 passes en tant que junior et senior.

D’UN PARCOURS RÉUSSI EN EUROPE

Après avoir fait ses gammes aux Etats-Unis, il revient au pays et effectue ses premiers pas dans le monde professionnel en jouant sous les couleurs du Lietuvos Rytas de Vilnius en 1998. Il se montre performant en signant des moyennes de 18 points et 5,4 passes. Un an plus tard en 1999, il débarque Olimpija Ljubljana et remporte le championnat slovène, soit son premier titre de sa carrière. Cependant, ses stats sont en baisse par rapport à sa première saison en Lituanie : 9,3 points et 3,4 passes de moyenne. Il prend la direction de l’Espagne et du FC Barcelone pour trois saisons (2000-2003). Avec les Blaugrana, il aura grandement participé à la réussite du club catalan en remportant l’Euroligue en 2003, deux championnats d’Espagne et deux coupes d’Espagne. Il poursuit sa carrière en Israël au Maccabi Tel Aviv où il gagne à nouveau l’Euroligue à deux reprises plus deux championnats et deux Coupes d’Israël.

…A UN PASSAGE NBA RATE

En 2004, avec un tel génie au poste de meneur, le site de la NBA se demandait pourquoi Jasikevicius, âgé de 28 ans à cette époque, n’a pas encore foulé les parquets américains et donc attiré l’œil des franchises NBA. Interrogé à ce sujet, Jasikevicius répond :

« Je ne peux pas juste marcher dans le vestiaire d’une équipe et dire,’ Hé, je suis venu pour jouer pour votre équipe. Je n’avais aucune proposition de toute la NBA jusqu’ici et puisque ces types savent ce qu’ils font, je suppose que je ne suis pas censé pouvoir jouer dans la NBA ».


Mieux vaut tard que jamais, en 2005, il traverse à nouveau l’Atlantique pour rejoindre les Etats-Unis et le championnat NBA. Il signe en juin de cette année là un contrat avec les Indiana Pacers. En 112 matchs dont 16 comme titulaire, il peine à s’imposer en une saison et demie avec les Pacers pour des moyennes de 7,3 points et 3 passes. Le 17 janvier 2007, il est envoyé aux Golden State Warriors impliquant plusieurs joueurs. Ses stats ne se sont pas amélioré (4,3 points et 2,3 passes en 26 matchs dont 2 titularisations pour 12 minutes de jeu).

Dans ce même article sur nba.com, il comparait son expérience du basket à l’université du Maryland et celle en Europe :

« Maryland est une bonne école de basket. Il n’y a pas de question là-dessus. Mais le basket européen est basé sur les fondamentaux. Avec les américains, les choses semblent être basé sur du jeu un contre un et des choses comme ça. Il n’y a aucun problème avec ça. C’est juste une façon de jouer différemment ». Et d’ajouter : « En Europe, les gens jouent deux fois par jour à l’entrainement avec des hommes qui ont 29 ou 30 ans. Aux États-Unis, vous jouez avec des enfants de votre propre âge, tandis que les hommes plus âgés vous secouent plus sur vous et c’est bon pour vous. Mais, d’autre part, aux États-Unis, c’est un style différent de basket-ball. C’est plus physique, plus athlétique et j’ai dû m’y adapter. D’abord c’était difficile, mais après m’être adapté j’ai joué à un niveau convenable, donc je pense en général que c’était une expérience positive ».


En septembre 2007, il effectue son retour en Europe et se relance en Grèce au Panathinaikos d’Athènes où il jouera pendant deux années. En 2009, il ajoute un autre trophée d’Euroligue, devenant ainsi le seul joueur à gagner cette compétition avec trois clubs différents. Avec le club grec, il remporte trois championnats et trois coupes de Grèce. Après un retour au Lietuvos Rytas en novembre 2010, il découvre un autre championnat et signe en Turquie avec le Fenerbahce en janvier 2011 où il remporte une coupe de Turquie. En septembre 2011, il signe son retour au Panathinaikos. A 36 ans, il est nommé MVP de la finale de la coupe de Grèce en donnant la victoire de son équipe face à Olympiakos lors d’une fin de match tendue (71-70). En 2012-2013, il revient à Barcelone pour une saison et terminera sa carrière au Zalgiris Kaunas (2013-2014).

LEADER DE LA LITUANIE

Adepte du trashtalking, avec la sélection, il se montre tout aussi efficace. Il débute sa carrière sous le maillot lituanien en 1997. Aux Jeux Olympiques de Sydney, Saras n’est pas loin de faire tomber Team USA. Dernière possession en main, il tente un tir à trois points pour éliminer les américains. Raté le sort en a décidé autrement.

Il remporte la médaille de bronze aux Jeux Olympiques de Sydney et score 14 points et délivre 5,1 passes en moyenne. Pendant la demi-finale face aux Etats-Unis, il score 27 points. En 2004, il prend sa revanche sur Team USA aux JO d’Athènes. Grâce à trois tirs à 3 points d’affilée dont un rentré plus la faute (action à 4 points) inscrit en même pas une minute dans les derniers instants du quatrième quart-temps, il score 28 points. Victoire de la Lituanie 94-90 en match de poule. (vidéo ci-contre : Lituanie -USA) Il déclarera à la fin de ce match:

« D’un coté c’est une victoire incroyable. D’un autre coté, cela ne signifie rien. Qu’est-ce que cela peut bien vouloir dire si on ne décroche pas une médaille ? Nous avons battu les Etats-Unis. Et alors ? Nous ne sommes pas venus à Athènes pour battre les Etats-Unis ou une autre équipe. Nous sommes venus ici pour se battre pour une médaille ».


L’histoire retiendra que Team USA battra la Lituanie quelques jours plus tard 104-96 pour la troisième place de ces mêmes JO. Larry Brown, sélectionneur de Team USA disait pour draftexpress.com après la défaite des siens face à la Lituanie en 2004 que Jasikevicius était un top joueur en Europe et n’était pas persuadé qu’il reproduise les mêmes performances en NBA :

« Je pense qu’il est un grand et super joueur de basket au niveau international. Mais beaucoup de choses qu’il peut faire sur la scène internationale, il ne pourrait pas le faire dans notre ligue. Je suis un fan du basket international, mais beaucoup de types qui réussissent dans leurs environnements lutteraient dans notre ligue ».


Avant cette victoire sur Team USA, Jasikevicius remporte l’Euro 2003 et est élu meilleur joueur de la compétition grâce à ses 14 points et 8,2 passes en moyenne. Lors de l’Euro 2007, il décroche le bronze avec 10,4 points de moyenne et 5,6 passes. Il est le seul joueur lituanien à participer à quatre Jeux Olympiques d’affilée (2000, 2004, 2008, 2012). Avec la sélection nationale, il compilera en moyenne, 10 points, 2,3 rebonds, 4,9 passes. Très bon shooteur longue distance, il aura inscrit son nom dans le basket lituanien au même titre qu’Arvydas Sabonis dans les années 90.

SON PALMARÈS

Sélections nationales

- médaille de bronze, Jeux olympiques Médaille de bronze aux Jeux olympiques d’été de 2000 à Sydney
- médaille d’or, Europe Champion d’Europe en 2003
- médaille de bronze, Europe Médaille de bronze au Championnat d’Europe 2007

Euroligue

- Vainqueur avec le Maccabi Tel-Aviv en 2004, 2005
- Vainqueur avec le FC Barcelone en 2003
- Vainqueur avec le Panathinaïkos en 2009

Compétition nationales

- Champion d’Espagne : 2001, 2003
- Champion d’Israël : 2004, 2005
- Champion de Turquie : 2011
- Champion de Grèce : 2008, 2009, 2010
- Vainqueur de la Coupe de Slovénie : 2000
- Vainqueur de la Coupe d’Espagne : 2001, 2003, 2013
- Vainqueur de la Coupe d’Israël : 2004, 2005
- Vainqueur de la Coupe de Grèce : 2008, 2009

Distinctions personnelles

- Meilleur joueur du championnat d’Europe 2003
- Meilleur joueur du Final Four de l’Euroligue 2004-2005
- Membre de l’équipe type (All-Euroleague First Team) de l’Euroligue 2003-2004 et 2004-2005



Article original de Basket Rétro : http://basketretro.com/2015/09/11/happy ... -europeen/