Coupe de France : Trophée Joé Jaunay

Modérateur : Modérateurs LFB

nutz
Hall Of Famer
Messages : 27804
Enregistré le : ven. 21 sept. 2007 11:53
Localisation : Castelroussin exilé dans les Vosges

Coupe de France : Trophée Joé Jaunay

Messagepar nutz » mer. 10 nov. 2010 15:56

Tirage au sort des 1/16 eme de finale, matchs le 29/01/2011

Partie de gauche
Perpignan (L2) - Montpellier (LFB)
Lyon (L2) - Challes les Eaux (LFB)
Voiron (L2) - Pays d’Aix (LFB)
Villeurbanne (NF1) - Nice (L2)
Roche Vendée (L2) - Tarbes (LFB)
Limoges (L2) - Toulouse (LFB)
Angers (L2) - Basket Landes (LFB)
Pau Lacq O. (L2) - Reze Nantes (LFB)


Partie de droite
Rennes (L2) - Arras (LFB)
Dunkerque (L2) - Hainaut (LFB)
Pleyber Christ (L2) - Mondeville (LFB)
Aubervilliers (NF1) - Aplemont Le Havre (L2)
Wasquehal (NF1) - Villeneuve d’Ascq (LFB)
Armentières (L2) - Charleville (LFB)
SI Graffenstaden (L2) - Bourges (LFB)
Reims (L2) - Calais (LFB)

la zone
Hall Of Famer
Messages : 6406
Enregistré le : dim. 03 sept. 2006 21:26

Re: Coupe de France : Trophée Joé Jaunay

Messagepar la zone » jeu. 24 mai 2012 22:08

Un an plus tard .....
1/16 EME
Rencontres des 27, 28 et 29/01/2012

ST ETIENNE CASE B. - CHALLES LES EAUX BASKET : 47 - 89
BC LA TRONCHE MEYLAN - UNION LYON BASKET FEMININ : 72 - 78
ETOILE DE VOIRON FEMININ - PAYS D'AIX BASKET 13 : 57 - 59
US LAVEYRON DROME - CAVIGAL NICE BASKET 06 : 39 - 80
BASKET CLUB SAINT PAUL REZE - BASKET LATTES MONTPELLIER AGGLOMERATION : 34 - 88
ROCHE VENDEE BC -TARBES GESPE BIGORRE : 76 - 66
PERPIGNAN BASKET - BASKET LANDES : 68 - 58
LIMOGES ABC EN LIMOUSIN - TOULOUSE METROPOLE BASKET : 40 - 51
WASQUEHAL FEM B-3 - BOURGES BASKET : 51 - 79
DUNKERQUE MALO BASKET CLUB - USO MONDEVILLE BASKET : 51 - 89
LEON TREGOR BASKET 29-1 - UNION HAINAUT: 57 - 101
12AL APLEMONT LE HAVRE - REZE BASKET 44 : 44 - 70
UNION AVENIR BASKET SIN DECHY OSTREVENT - ESB VILLENEUVE D'ASCQ LM : 39 - 96
COTE D'OPALE BASKET CALAIS - FLAMMES CAROLO BASKET ARDENNES ASPTT : 41 - 58
S.I. GRAFFENSTADEN - ARRAS PAYS D'ARTOIS BASKET : 70 - 82
SPORTS OUVRIERS ARMENTIEROIS - REIMS BASKET FEMININ : 76 - 56

la zone
Hall Of Famer
Messages : 6406
Enregistré le : dim. 03 sept. 2006 21:26

Re: Coupe de France : Trophée Joé Jaunay

Messagepar la zone » jeu. 24 mai 2012 22:19

1/8 EME
Résultats des rencontres des 8, 9 et 10/03/2012


CHALLES LES EAUX BASKET - UNION LYON BASKET FEMININ : 69 - 57
PAYS D'AIX BASKET 13 - CAVIGAL NICE BASKET 06 : 70 - 75
ROCHE VENDEE BC - BASKET LATTES MONTPELLIER AGGLOMERATION : 59 - 85
PERPIGNAN BASKET - TOULOUSE METROPOLE BASKET : 61 - 56
BOURGES BASKET - USO MONDEVILLE BASKET : 68 - 45
UNION HAINAUT - NANTES REZE BASKET : 61 - 71
ESB VILLENEUVE D'ASCQ LM - FLAMMES CAROLO BASKET ARDENNES ASPTT : 64 - 65
SPORTS OUVRIERS ARMENTIEROIS - ARRAS PAYS D'ARTOIS BASKET : 74 - 80

la zone
Hall Of Famer
Messages : 6406
Enregistré le : dim. 03 sept. 2006 21:26

Re: Coupe de France : Trophée Joé Jaunay

Messagepar la zone » jeu. 24 mai 2012 22:25

1/4
Résultats des rencontres des 20 et 21/03/2012


NANTES REZE BASKET - BASKET LATTES MONTPELLIER AGGLOMERATION : 69 - 60
CAVIGAL NICE BASKET 06 - CHALLES LES EAUX BASKET : 65 - 79
PERPIGNAN BASKET - BOURGES BASKET : 44 - 64
ARRAS PAYS D'ARTOIS BASKET - FLAMMES CAROLO BASKET ARDENNES ASPTT : 72 - 53

la zone
Hall Of Famer
Messages : 6406
Enregistré le : dim. 03 sept. 2006 21:26

Re: Coupe de France : Trophée Joé Jaunay

Messagepar la zone » jeu. 24 mai 2012 22:26

1/2
Résultats des rencontres du 04/04/2012


BOURGES BASKET - CHALLES LES EAUX BASKET : 74 - 55
NANTES REZE BASKET - ARRAS PAYS D'ARTOIS BASKET : 56 - 63

la zone
Hall Of Famer
Messages : 6406
Enregistré le : dim. 03 sept. 2006 21:26

Re: Coupe de France : Trophée Joé Jaunay

Messagepar la zone » jeu. 24 mai 2012 22:31

FINALE
Résultat de la rencontre du 20/05/2012


CERCLE JEAN MACE BOURGES B - ARRAS PAYS D'ARTOIS BASKET : 58 - 64
--------------------------------------------------------------------------------------

Le Arras Pays d'Artois bat le Bourges Basket 64 à 58

Les Tango dominent et puis s'effondrent !

C'est la sensation de la saison dans le basket féminin français. Une équipe d'Arras diminuée et derrière au score durant plus de trente-neuf minutes a battu le champion de France en titre qui s'est effondré dans le quatrième quart-temps.

Treize points d'avance pour le Bourges Basket dès la fin du... premier quart-temps (26-13), on se disait que l'après-midi s'annonçait long pour le Arras Pays d'Artois et ses nombreux supporters qui habillaient toute une tribune de rosé.
Au royaume des paris en ligne, on ne voyait d'ailleurs pas qui aurait été assez fou pour mettre une pièce sur des Arrageoises diminuées par l'absence de leurs deux meilleures joueuses de la saison, Leilani Mitchell (retour en WNBA) et Pauline Akonga (enceinte).
Leur seule chance de s'imposer résidait dans une adresse exceptionnelle couplée à de la maladresse côté tango. Et ce fut... tout le contraire durant les dix premières minutes : 6/16, 38% pour Arras ; 10/16, 63% pour le Bourges Basket. Avec un cinq sur cinq à trois points du meilleur effet (quatre pour Cathy Joens, un pour Céline Dumerc).
Seule Sabrina Reghaïssa maintenait vaguement Arras dans la partie (cinq points). Alors que la rentrée de Christelle Diallo était très remarquée : quatre points, un rebond en 1'53" de jeu !

Bourges cafouille son 2e quart-temps...
Heureusement pour les Nordistes, quand on domine à ce point les débats, il n'est pas rare qu'on se relâche un peu, croyant l'affaire déjà classée. C'est ce qui arriva aux Tango au cours d'un deuxième quart-temps qui les vit bafouiller leur basket. Au point de perdre ledit quart 11 à 7, avec une adresse retombée à 43% !
Sept maigres points en dix minutes ! Même si Valérie Garnier, la coache berruyère, fit beaucoup tourner son effectif, ça n'expliquait pas tout. Les deux paniers à trois points d'une excellente Krissi Bade non plus.
Pour ne pas se faire peur inutilement, Bourges allait devoir se remettre la tête dedans, comme on dit au rugby. Même s'il n'y avait pas péril en la demeure. Enfin, c'est ce qu'on pensait à ce moment-là...

D'entrée de troisième quart, Endy Miyem, deux fois au terme de deux actions enfin construites, puis Céline Dumerc donnaient quinze points d'avance aux Tango qui semblaient avoir repris leur marche en avant (39-24). Et + 17 un peu plus tard avec un « deux plus un » de Céline Dumerc.
Arras allait-il enfin céder ? Certes pas. Nadezda Grishaeva plantaient quatre points, Sabrina Reghaïssa, qui marchait sur l'eau hier, répondait à Jenn Digbeu, et voilà que Gabriela Marginean scorait à trois points sur le gong. Fin du troisième quart-temps : 52-41 pour Bourges.

... et passe à travers dans le quatrième

Pas de quoi s'inquiéter pensait-on... Peut-être d'ailleurs les Tango se dirent-elles alors la même chose. Plus fortes sur !e papier, devant au score, coupe bientôt dans les bras. On pourrait alors évoquer le manque d'humilité dont parlent ci-dessous Valérie Garnier et Céline Dumerc.
Toujours est-il que le Bourges Basket s'est totalement effondré dans le quatrième quart-temps, au point de ne mettre qu'un panier dans le jeu, agrémenté de quatre lancers francs !
Et voilà que, petit à petit, Arras grignotait son retard. Bourges déjouait. Pas là en attaque, ça arrive. Pas là en défense, c'est moins compréhensible. Des lancers ratés, rien n'allait.
Les Nordistes, joueuses et publics mêlés, se mettaient à croire à l'invraisemblable. Lorsque Sabrina Reghaïssa inscrivit son cinquième panier à trois points à 39" de la fin, Arras passait devant pour la première fois, l'invraisemblable devenait plausible.
Encore deux lancers et deux tirs ratés côté Tango, et le plausible devenait, hélas pour les Berruyères, triste réalité.

Philippe Dessaigne - http://www.bourgesbasket.com
----------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------
21 mai 2012 « Nous avons manqué d'humilité »

AVEC VALÉRIE GARNIER ET CÉLINE DUMERC Coache et meneuse des Tango

« Nous avons manqué d'humilité »

Le visage est fermé, les yeux un peu dans le vague, la défaite très dure à digérer. Mais ni Valérie Garnier ni Céline Dumerc ne fuient la réalité. Bourges n'a pas fait ce qu'il fallait pour s'offrir le doublé coupe-championnat.
Pourtant, les Tango eurent jusqu'à 18 points d'avance. « On s'est relâché. Nous avons manqué d'humilité. » Autre regret, pour Céline Dumerc : « C'est vrai qu'il n'est jamais facile d'aborder une Finale en favorites, mais alors que Valérie nous dit souvent de prendre du plaisir, aujourd'hui, c'est Arras qui en a pris ».
Dans le premier quart-temps, tout allait bien. Dans le troisième, Bourges était encore devant. « On était nettement devant. On pensait qu'elles allaient craquer. Mais non, pas cette équipe d'Arras là. Bravo à elles, mais on n'a pas le droit de laisser revenir ainsi un adversaire, et encore moins de ne pas se battre. »

Quelques stats qui font mal

Valérie Garnier, feuille de stats en main, assénait une douloureuse vérité. « Nous n'avons pas été présentes dans plusieurs secteurs importants du jeu. On est dominé au rebond, surtout sur la fin. On concède dix rebonds offensifs. On perd dix-huit balles. »
Pour la coache berruyère, pas de doute, « on ne les a pas assez respectées, on a manqué d'humilité ». A-t-elle trop fait tourner son effectif trop tôt ? C'est ... Céline Dumerc qui rejette l'argument. « C'est le cinq majeur qui a failli en laissant remonter Arras. »
Même si, venue du banc, seule la très jeune Christelle Diallo a apporté quelque chose...
« En basket, tout est toujours possible. On l'a vu en finale de l'Euroligue garçons gagnée par l'Olympiakos. On l'a vu aujourd'hui. Il faudra retenir la leçon. Mais au-delà de nos insuffisances, il faut féliciter Arras pour son très bon match. Le positionnement de Krissy Bade et de Sabrina Reghaïssa nous a, par exemple, causé beaucoup de problèmes ».

Philippe Dessaigne - http://www.bourgesbasket.com
*************************************************************************************************************************************************************************************
21 mai 2012 La joie de jouer des Arrageoises


THIBAULT PETIT ET SABRINA REGHAÏSSA L'entraîneur et la MVP de cette finale irradiaient de bonheur une fois la coupe levée. « Notre plus belle victoire est d'y avoir cru jusqu'au bout. Au début, c'était peut-être un peu par peur du ridicule et avec l'envie de donner une bonne image du basket féminin et puis rien n'est jamais gagné d'avance. le leur ai redit à la pause, alors que nous étions menés de onze points. Il fallait rester soudé, y croire encore et toujours emballer le match. À un moment, ça a commencé à rentrer chez nous, et plus du côté de Bourges. On les a sorties de leurs habitudes, le suis fière de mes joueuses. » « On a toutes pris beaucoup de plaisir, ajoutait Sabrina. On n'a jamais rien lâché. On a fait déjouer Bourges. Être en finale, c'était déjà énorme, alors la gagner, c'est la cerise sur le gâteau. Battre Bourges à Bercy, ça fait vraiment plaisir ».

http://www.bourgesbasket.com
********************************************************
Retour sur la finale et l'incroyable défaite (64-58) du Bourges Basket face à Arras

La triste histoire d'un sabordage en règle

Au-delà de l'enthousiasme d'Arras, on a assisté, dimanche, à un sabordage en règle. Les Tango avaient le match en main. À la rue dans le quatrième quart-temps, elles l'ont lâché. Tentative d'explication.
L'invraisemblable défaite (64-58) des Tango fait penser à celles de ces clubs de Ligue 1 de foot, sortis de la coupe de France par des formations de divisions inférieures. L'inconscient prend alors le pas sur la hiérarchie. La certitude d'y arriver, à un moment ou à un autre, supplante la réalité du haut niveau. Et puis le petit s'enflamme, prend l'avantage... et l'équipe censée être la plus forte ne sait plus réagir.
Hier matin, les Berruyères devaient avoir mal à la tête de s'être ainsi sabordées. Le doublé leur semblait promis à la fin du troisième quart-temps, où elles menaient de onze points (52-41). Avant de couler dans le dernier, en encaissant un sidérant... 23 à 6 !
Non seulement elles menaient aux trois-quarts du match, mais elles étaient devant au rebond (29 à 23).

Battues dans l'engagement

Elles n'avaient concédé que quatre rebonds offensifs. Dix minutes plus tard, elles étaient derrière (36 à 37) et en avaient laissé six de plus à Arras !
Soyons clairs. Les Berruyères ont été battues dans l'engagement, en même temps que leur adresse s'effondrait au fil des minutes. Elles étaient à 63% de réussite en fin de premier quart-temps, et encore à 44% à la fin du troisième. Pour finir à 38% au buzzer...
Durant les trois premiers quart-temps, il y eut parfois des sourires, dans leurs rangs, après une action ratée. Tranquille, ça allait passer... Au fil du quatrième, leurs visages trahissaient de l'inquiétude. Palpable aussi bien sur le parquet que sur le banc, où les masques en disaient long.
Céline Dumerc essayait bien de rameuter ses troupes. Mais ni la meilleure Berruyère du jour - à 10 points, 9 passes 6 rebonds -, ni ses coéquipières n'arrivaient à rentrer un panier. La pression avait étouffé la sérénité, la peur avait eu raison des certitudes. Un seul panier dans le jeu sur la dernière période, inscrit qui plus est à deux minutes de la fin. Après huit minutes de vains efforts où ne furent marqués que deux lancers-francs... C'est la stat qui tue. Autant que les quatre lancers ratés.
Bien sûr, les Arrageoises, et plus encore leur coach, ont bien joué le coup. Krissi Bade et Sabrina Reghaïssa ont pourri la vie des Tango et de leurs intérieures, en écartant la défense et en réussissant sept tirs à trois points.
Bien sûr, Ieva Kublina, malade, n'a pas joué. Mais qu'a-t-elle apporté cette saison ?
Bien sûr, sans Stella Kaltsidou, c'est plus compliqué. Mais sans elle, Bourges est devenu champion de France. Et à Arras, il manquait les deux meilleures de la saison (Mitchell et Akonga) !
Pas d'excuse, par conséquent. S'il faut féliciter Arras d'y avoir cru jusqu'au bout, les Tango se sont sabordées dimanche après-midi. En oubliant que le sport de haut niveau exige une intensité de tous les instants.

Pierre Fosset, agacé : « Je n'ai jamais vu ça »

La coache et la meneuse berruyère reconnaissaient hier, dans nos colonnes, un relâchement et un manque d'humilité.
Le président Pierre Fosset, lui, oscille entre incompréhension et colère froide. « À un moment, je me suis demandé si on ne le faisait pas exprès ! On maîtrise... et puis on ne maîtrise plus rien. Tout le monde est à la rue ! Au début, on trouve des tirs, on met Cathy Joens en évidence... et puis plus rien. Avec dix-huit points d'avance, on a cru le match dans la poche. »
Pas de débriefing. Il a regardé un quart-temps de la finale messieurs. Et puis il est parti. « C'était mieux... » Sous-entendu : pour ne pas être trop désagréable. « Mais je n'ai jamais vu ça, et je pense qu'on a mal préparé ce match... »

Philippe Dessaigne - http://www.bourgesbasket.com